Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 08:44

            Le personnage de Philippe SOLLERS me hérisse parfois par sa suffisance et son narcissisme. J’avais, de ce fait, longuement hésité avant d’acheter son « Dictionnaire Amoureux de Venise ». Je savais, certes, que ce brillant écrivain aimait, connaissait et comprenait Venise. A la lecture de son Dictionnaire, il m’est évident que son imprégnation va bien au-delà.

 

J’y ai retrouvé des phrases que j’aurais aimé écrire si j’en avais eu le talent. Je relève, en particulier, les trois lieux essentiels à mes yeux.

 

Page 66 : «J’aime toucher, en passant, les deux lions grecs ramenés d’Athènes par le grand héros de Venise, Francesco Morosini, après la reconquête de la Morée en 1687 ». Moi aussi. Lorsque j’arrive à Venise, je commence par aller saluer ces deux lions qui gardent l’entrée de l’Arsenal.

 

Page 202 : « Pour certains, le centre du monde est le Parthénon, pour d’autres le Mur des Lamentations ou les Pyramides, à moins qu’on ne situe la chose essentielle au Vatican, à La Mecque, dans la Cité interdite, ou encore, de façon plus modestement délirante (Dali), sur l’emplacement de la Gare de Perpignan. Pour moi, comme pour d’autres, c’est la pointe de la Dogana, la Douane de mer, petit triangle tout au bout du Dorsoduro ». C’est évident ! Cet emplacement, c’est une porte ouverte, la porte entre l’Occident et l’Orient, l’ouverture vers l’inconnu, la porte vers le rêve. C’est aussi de là d’où on jouit du plus fantastique panorama du monde. Je reviendrai.

 

Page 213 : Santa Maria Gloriosa dei Frari. J’entre et je sais que le cœur glorieux de la Sérénissime est là. L’Assomption rouge du Titien, au-dessus du maître autel, me le dit d’emblée ». Je vous laisse le soin de lire la suite dans le livre.

 

Merci Monsieur SOLLERS.

 

Partager cet article

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

bardamu 14/09/2013 02:38

Oui, merci à Sollers pour Venise... Avec la dualité Venise-Byzance, il a dit aussi des choses très profondes quant à l'art occidental... et de très amusantes sur le rapport de la même Venise, à "Ma-hrahhh-keshh..."
Pour ma part, à la parution de mon livre [ Marc Solitaire/"vierge au bol... Vierge au Globe"- Prolégomènes au Paris d'Arthur Rimbaud ], je tiens à exprimer toute ma dette à P. Sollers, et notamment quant à son précieux parallèle du poète avec Cézanne (pour commencer à comprendre Cézanne, c'est idem qu'avec les "rimbaldiens", surtout ne pas écouter la pseudo critique "muséoplastic", mais lire "Naïades interdites..." de Sollers toujours)

Présentation

  • : Le blog de bernardlefebvre.over-blog.com
  • : venise et le reste
  • Contact

Recherche