Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 18:14

sans commentaires No grandi navi ou, si vous préférez, ras le bol des bateaux de croisière à Venise !

Imaginez le spectacle : vous flanez sur la Piazetta, vous méditez près de la Dogana ou vous vous promenez tranquillement Riva Degli Schiavoni et, tout à coup, qu'est-ce qui apparaît par le canal de la Giudecca : un mastodonte de 60 mètres de haut qui ressemble moins à un bateau qu'à une barre HLM des années 60 ! 

Marco Polo, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Mais la laideur n'est pas tout, l'invasion de la lagune par ces monstres (650 par an) présente d'autres dangers bien plus graves: 

 - Le risque de pollution. Que deviendrait la lagune à l'écosystème si fragile, si le carburant venait à se jeter à l'eau à la suite d'une avarie ou d'un accident ? Que deviendraient les canaux qui font le charme de Venise ? Et qu'arriverait-il si l'aqua alta entraînait cette marée noire dans les ruelles, sur les campi et sur la place Saint-Marc. Je n'ose l'imaginer.

- Le risque d'accident. Si, si, ça arrive ! et c'est même survenu récemment près des côtes italiennes ; un navire de 60 mètres de haut se couchant contre le Palais des Doges ou percutant le pont de l'Arsenal, ce devrait faire un spectacle extraordinaire.

- Le type de tourisme que ces pratiques induisent. Les escales représentent 1 600 000 personnes par an à Venise. Ces "visiteurs" vont, au mieux, y passer quelques heures et nombre d'entre eux ne descendront même pas de leur immeuble flottant.

Et que vont faire ceux qui descendent : ils vont s'agglutiner aux mêmes endroits, autour de Saint-Marc et risquent fort de repartir déçus car, à part les pigeons et une foule compacte, ils n'auront pas vu grand chose.

Ils repartiront chez eux avec un souvenir made in China et n'imagineront même pas qu'il y a à Venise des artisans remarquables.

Nous allons vers une "Disneylandisation" de la Sérénissime, elle qui a traversé des siècles pas toujours faciles, avec les épidémies, les guerres et même Napoléon et qui, jusque là, n'avait pas perdu son âme.

Pour celles et ceux qui partagent mon indignation, il est encore temps de réagir.

C'est vrai, de loin et sans pouvoir, c'est difficile. On sait que des solutions existent sans mettre au chômage ceux qui vivent de ce tourisme : en particulier, déplacer la gare maritime et dévier les itinéraires des navires (voir Le Monde Magazine du 17/02/2012).

En attendant, informez-vous : il suffit de taper NO GRANDI NAVI sur Google pour avoir accès à la presse écrite italienne et à de nombreux sites.

Surtout, quand vous irez en croisière sur un grand navire, ne partez pas de Venise, n'y arrivez pas et n'y faites pas escale ! choisissez plutôt la Norvège ou les Caraïbes.

Dernière minute : le gouvernement italien vient de signer, le 1er mars 2012, un décret qui interdira l'accès au canal de la Giudecca et au bassin de Saint-Marc,... lorsqu'une voie de navigation alternative aura été mise sur pied !

Connaissant le pays, ce n'est pas demain la veille s'il n'y a pas une forte pression locale et internationale (l'UNESCO se serait saisie de la question).

Le 3 mars 2012

Bernard LEFEBVRE

 


 


Partager cet article

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de bernardlefebvre.over-blog.com
  • : venise et le reste
  • Contact

Recherche