Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 16:35

Le voyage:

En voiture depuis Clermont, parking face à la gare de Mestre puis train pour Santa Lucia. Arrivée magique, on est tout de suite dans une autre dimension.

L'outillage:

Le "itinéraires insolites" de l'ami Marco (à télécharger sur www.venise1.com), "Venise insolite et secrète" de Jonglez et Zoffoli, "Les balades de Corto Maltese" de Fuga et Vianello, sans oublier, cela va de soi, "Fables de Venise" de Hugo Pratt. Ajouter un plan et là il y a le choix entre un très détaillé et précis (Michelin par exemple) mais encombrant ou un autre plus sommaire mais qui tient dans une poche.

L'hébergement:

Nous avons loué un super appartement Calle Lunga Santa Maria Formosa (Castello) par l'intermédiaire de l'agence Luxrest (www.luxrest-venice.com). Logement hyper bien situé avec commerces à proximité et plein de vie. On avait l'impression que le propriétaire venait de sortir pour quelques instants, tant les détails laissaient deviner une présence humaine vénitienne permanente.

La restauration:

Le premier soir, c'était mon anniversaire. Repas au restaurant Alle Testiere, calle del mondo novo (Castello). Réservation indispensable à l'adresse osterialletestiere@yahoo.it. Peu de tables, décor sobre, ambiance calme. Accueil chaleureux et professionnel. Excellente cuisine, en particulier les crustacés et les fruits de mer. Compter 50/60 euros par personne avec le Spritz et le vin. Comme c'était mon anniversaire, le patron m'a offert un livre de recettes de cuisine vénitienne dont il est le co-auteur! J'y retournerai.

Les autres jours, sandwiches à midi, préparés avec soin avec des ingrédients aveyronnais et repas à l'appartement le soir.

Le jeudi, Castello:

Je ne rentre pas dans le détail des détours et contours, ça serait bien trop long mais me limite à l'orientation principale. Zanipolo (Veronese, etc.), San Francisco Della Vigna (Bellini, etc.), San Martino (les outils gravés au sol des ouvriers de l'arsenal), Les lions de l'arsenal, Via Garibladi et alentours, San Pietro (le trône de St-Pierre) et retour par des chemins divers et variés.

Le vendredi, San Polo:

Le Rialto et son marché, San Giovanni Elmosinario, San Polo, Les Frari (Titien et Canova ...), la Scuola Grande de San Rocco, San Pantalon (quel plafond!) et retour par le pont de l'Académie et passage par le Bovolo et San Marco. Ne pas oublier de fermer les yeux pour ne pas voir la monstrueuse Caisse d'Epargne.

Le soir, la plus belle vue nocturne de Venise: A bout de la Calle Valaresso, face à San Giorgio, la Punta della Dogana et Santa Maria de la Salute illuminés! Rien que ça, ça vaut le voyage.

Le samedi, Dorsoduro:

On commence par un petit tour vers San Trovaso et son chantier naval avant de visiter l'expo des dessins de Léonard de Vinci au musée de l'Académie.A ne rater sous aucun prétexte. Ensuite, visite à Santa Maria de la Salute, en plein travaux, et pause à la Punta della Dogana, face au plus beau panorama du monde (je sais, je ne suis pas objectif, et alors?). Retour par les Zattere. Après le pont de l'Académie, visite à San Stefano et son plafond en carène de navire, à Santa Maria del Giglio, et son Rubens, puis San Moïse.

La conclusion:

J'ai vraiment résumé, alors on peut comprendre qu'au bout de 4 jours, les pieds souffrent. Le prochain séjour nous conduira à Cannaregio, Santa Croce, la suite de Dorsoduro et la Giudecca.

Petite difficulté à la gare: bonne chance pour trouver rapidement la train de Mestre!

A suivre (le plus tôt possible)

Pour plus d'infos, ne pas hésiter à m'écrire.

PS: je n'ai pas mis de photos supplémentaires, voir mes anciens albums.

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 10:20

Encore une petite recette de dessert:

il faut:

- un moule à charlotte Tupperware

- une grosse boite de poires au sirop

- 1 boite de 30 biscuits à la cuillère Brossard

- 1 boite (ou 4 coupelles) de chocolat noir extra Mont-Blanc

Verser le jus des poires dans une assiette creuse.

Couper les poires en morceaux.

Tremper les biscuits (un aller/retour) dans le jus des poires et les poser verticalement contre les parois du moule.

Verser un mélange poires et chocolat presque jusqu'au milieu du moule.

Poser à plat une couche de biscuits imbibés de jus de poire.

Presque remplir avec un mélange poires et chocolat.

Terminer par une couche de biscuits imbibés et bien serrés. Si nécessaire, boucher les interstices avec des morceaux de biscuit.

Fermer et appuyer très fort sur toute la surface du couvercle pour évacuer le maximum d'air possible. Si du jus coule, ce n'est pas grave, au contraire! Il faut que ce qui est dans le moule soit le plus tassé possible.

Mettre le moule au frigo, le couvercle en dessous.

Attendre 24 heures pour démouler et déguster.

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:37

Et voila le programme de l'émission pour la première quinzaine d'octobre 2013:

Lundi 30/09: Vin, la peste soit des pesticides (Daniel BIDEAU)

Mardi 1/10: Placer son argent ... sans le perdre (Maurice ROULLET)

Mercredi 2/10: Régime sans gluten, effet de mode ou nécessité (D.B.)

Jeudi 3/10: Quand le soleil vous fait économiser de l'énergie (Christian DEGIORGI)

Vendredi 4/10: Vos droits au restaurant (Bernard LEFEBVRE)

Lundi 7/10: Evasion fiscale: un fléau aussi pour le consommateur (D.B.)

Mardi 8/10: La nouvelle loi bancaire (M.R.)

Mercredi 9/10: Portables: les meilleures offres du moment (D.B.)

Jeudi 10/10: L'Ecoprêt à taux zéro et la subvention ANAH (C.D.)

Vendredi 11/10: Plats cuisinés: la tromperie, ingrédient répandu (B.L.)

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 11:45

L'émission "les experts" sur France Bleu Auvergne a repris, tous les matins vers 8h40. Les auditeurs sont toujours invités à intervenir en direct; et voila la programme de septembre 2013, qui peut être modifié en dernière minute en fonction de l'actualité:

Lundi 2: Foire: achetez en toute sécurité (Daniel Bideau)

Mardi 3: Harcèlement téléphonique par de faux partenaires d'EDF (Bernard Lefebvre)

Mercredi 4: Automédication, transparence et pharmaciens (D. B.)

Jeudi 5: Travaux d'économies d'énergie: touts les aides (Christian Degiorgi)

Vendredi 6: L'étiquetage des vêtements (B.L.)

Lundi 9: Louer sans se faire rouler (D.B.)

Mardi 10: Les pratiques commerciales trompeuses (Maurice Roullet)

Mercredi 11: Permis: connaître son capital de points + démarches (D.B.)

Jeudi 12: L'expertise en matière de travaux de bâtiment (C.D.)

Vendredi 13: Financer ses études à crédit (B.L.)

Lundi 16: Recherche d'un logement et frais d'entrée dans les lieux (D.B.)

Mardi 17: L'assurance vie, les plus ... et les moins (M.R.)

Mercredi 18: Libère mon auto: pièces détachées, entretien, etc. (D.B.)

Jeudi 19: Récupérer l'eau de pluie (C.D.)

Vendredi 20: Rachat d'or, attention! (B.L.)

Lundi 23: Dentistes: en attente de transparence des prix - prothèses (D.B.)

Mardi 24: Placer son argent ... sans le perdre (M.R.)

Mercredi 25: Données personnelles: notre vie privée vaut de l'or (D.B.)

Jeudi 26: Démarches administratives avant, pendant et après les travaux (C.D.)

Vendredi 27: Le contrôle technique automobile (B.L.)

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 15:21

Encore une petite recette de dessert: le Bavarois aux fraises:

Pour 6 personnes, il faut;

1 kg de fraises (pas des choses rouges sans goût qui viennent d'Espagne. Si vous n'avez de fraises dans votre jardin, achetez des Mara des bois, par exemple).

300 gr de sucre en poudre

6 feuilles de gélatine

1/2 litre de crème fraîche

le jus d'un citron

A faire la veille du jour prévu pour la dégustation:

Plonger la gélatine dans de l'eau pour la ramollir.

Préparer un sirop avec 200 gr de sucre et 1,5 dl d'eau.

Plongez y la gélatine égouttée puis laisser refroidir.

Réduire 500 gr de fraise en purée, ajouter le citron puis le sirop refroidi.

Battre la crème en émulsion puis incorporer à la pulpe de fraise.

Verser dans un moule et mettre au frais pendant au moins 12 heures.

Faire un coulis avec le reste des fraises et 100 gr de sucre.

Le lendemain, servir le Bavarois nappé avec le coulis.

Bon appétit.

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 18:04

Aujourd'hui, ni surendettement, ni Venise, mais ... la recette du flan à la noix de coco de Momo.

La veille de la dégustation:

Battre 4 oeufs en omelette, ajouter 2 boites d'environ 400 g. de lait concentré sucré et 1/2 boite d'eau. Bien mélanger au fur et à mesure puis ajouter 125 g. de noix de coco râpée. Mélanger le tout.

Caraméliser entièrement les parois d'un moule à cake et y verser la préparation..

Cuire au bain-marie, dans un four à 160° environ 45/50 mn.

Vérifier la cuisson avec la pointe d'un couteau sur lequel il ne doit pas rester de crème.

Placer au réfrigérateur jusqu'au lendemain.

Le lendemain; démouler avec soin et déguster.

Bon appétit.

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 18:41

Les personnes qui déposent un dossier devant la commission de surendettement se demandent souvent ce qu'il faut mettre dans la lettre qui accompagne le dossier. Avec l'appui de responsables du secrétariat d'une commission, je vous donne ces quelques conseils:

Le principal intérêt de la lettre de saisine est de faire ressortir les éléments que la Banque de France et la commission ne peuvent connaître à la seule vue du dossier et des données qui y figurent.

La lettre doit être courte et expliquer rapidement les causes du surendettement, en précisant les dates (au moins l’année) : baisse de ressources, divorce, augmentation des charges, etc. Il est inutile de remonter trop loin.

Il n’est pas utile de dire que « je suis tombé dans une spirale » ou « j’ai essayé vainement de m’en sortir » ou d’autres mentions de ce type qui concernent pratiquement toutes les personnes surendettées. Ca n’apporte rien à la compréhension de votre dossier et ne fera qu’alourdir la lettre.

En cas d’addiction (au jeu, par exemple), faire ressortir les efforts réalisés pour s’en sortir.

Si un crédit est récent, indiquez à quoi il a servi surtout, comme c’est souvent le cas, il a été pris pour apurer un découvert ou régler des arriérés d’autres crédits.

Il est inutile de rappeler dans la lettre les montants qui figurent dans le dossier (nombre d’enfants, ressources, charges, crédits). Par contre, il est impératif, pour que la capacité de remboursement soit le plus réaliste possible, de détailler les éléments exceptionnels (avec justificatifs).

Sur les relevés de compte que vous joignez au dossier, s’il y a des sommes importantes au débit ou au crédit, expliquez-les.

Dans le patrimoine, ne pas oublier les biens en indivision (si vous ne les déclarez pas, la commission le saura quand même par le Trésor Public, dont un responsable siège en commission, et vous risquez de voir le dossier rejeté pour mauvaise foi) en précisant éventuellement si les autres indivisaires sont d’accord pour vendre le bien ou prêts à racheter votre part.

Si vous êtes seul propriétaire de votre logement et d’accord pour vendre, indiquez-le. Si vous ne voulez pas, indiquez le motif et, éventuellement, ce que vous attendez de la commission.

Dans les ressources, indiquez si elles sont variables et, en particulier, en cas d’heures supplémentaires, si elles sont ponctuelles ou durables. Attention aux « pirmes de panier », ce ne sont pas des ressources ! le préciser.

Si vous êtes en recherche d’emploi, précisez votre qualification et les possibilités de reconversion ou de formation.

C’est surtout dans les charges qu’il faut être complet.

A préciser (et justifier) :

  • Gardes des enfants, cantine, internat, logement enfant étudiant, etc,

  • Frais de santé non pris en charge par la Sécurité Sociale,

  • Aide aux parents et autres membres de la famille dans le besoin, surtout si cela entre dans le cadre de l’aide alimentaire prévue par le Code Civil,

  • Si tutelle ou curatelle : honoraires du tuteur ou curateur,

  • Trajets domicile-travail : indiquer le kilométrage quotidien s’il est important, surtout en cas d’absence de transport en commun ou en cas d’horaires atypiques,

  • Si votre logement est une « passoire thermique », l’indiquer et joindre les factures de chauffage d’une année.

Pour résumer, la bonne foi étant présumée, il n’est pas utile de détailler son histoire pour se justifier, mais il est important que la Banque de France et la commission aient une vue la plus précise possible de la situation, dans votre intérêt.

En cas de redépôt :

Cas 1 – si redépôt demandé par la commission (en cas de moratoire, en particulier) : indiquez éventuellement ce qui a changé depuis la dernière fois. Si la commission avait recommandé la vente d’un bien et que cela n’a pas été fait, expliquer pourquoi.

Cas 2 – redépôt à l’initiative du débiteur (baisse des ressources et/ou augmentation des charges), bien préciser les motifs.

Nouveau dépôt suite à irrecevabilité :

Si votre dossier a été rejeté par la commission ou le juge pour mauvaise foi, il est toujours possible de faire un nouveau dépôt. La mauvaise foi étant « évolutive », le dossier sera réexaminé. Si, depuis le rejet, la situation a changé et en particulier si le débiteur a essayé par lui-même de négocier avec les créanciers, cela sera pris en compte. Dans ce cas, joindre les justificatifs à la lettre.

N’oubliez pas que les secrétariats des commissions sont débordés par les dossiers, alors soyez concis et précis et, si possible, évitez les lettres manuscrites, pas toujours bien lisibles.

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 17:40

Copie de la lettre que je viens d'adresser à mon banquier:

Monsieur le Directeur, 

Titulaire du compte référencé ci-dessus et de plusieurs produits d'épargne dans votre établissement (compte-titres, LDD, CEL, PEL, assurance vie), je suis également sociétaire de la Caisse Locale de Clermont-Ferrand. 

Depuis plusieurs années, l'attitude du Crédit Agricole ne manque pas de m'interpeller: rôle actif dans la spéculation financière, investissements hasardeux dans des pays étrangers, etc. 

Je crois que la fable de la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf s'applique parfaitement au Crédit Agricole, qui parait avoir oublié ses origines paysannes, monde dans lequel on garde les pieds sur terre et où "un sou c'est un sou". 

Je n'étais pas au bout de mes indignations puisque je viens de découvrir que le Crédit Agricole, par le biais de filiales implantées dans des paradis fiscaux, aurait facilité la tâche de certains de ses clients qui souhaitaient échapper à leur devoir de Citoyen (journal Le Monde du 6 avril 2013). 

Certes, ces errements concernent Crédit Agricole SA et non ma caisse locale ou la caisse régionale mais il me semble que cette dernière est actionnaire de la Caisse Centrale et qu'à ce titre elle participe à la désignation de ses dirigeants et au contrôle de l'activité et des comptes, en particulier par ses votes lors de l'Assemblée Générale. 

Ma qualité de Sociétaire me rend de fait solidaire de ces pratiques qui heurtent mon sens de l'éthique, aussi je vous prie de bien vouloir procéder au remboursement des parts sociales que je détiens 

Pour ce qui concerne le compte de dépôts et les produits d'épargne, je vous communiquerai mes instructions ultérieurement, dès que j'aurai trouvé une banque dont les pratiques sont plus conformes avec mes valeurs. 

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, mes meilleures salutations.

 

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:56

LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION

DES ACTIVITES BANCAIRES

        Mon propos sera limité à une partie du titre VI : « Protection des consommateurs ». Pour le reste et, en particulier, la séparation entre banques de dépôt et banques d’affaires, ainsi que les modes de régulation, je vous renvoie aux publications de l’association « Finance watch » et au magazine « Alternatives Economiques ».

  Article 17 – alinéa 2

« Art. L.312-1-3 – Les commissions perçues par un établissement de crédit à raison du traitement des irrégularités de fonctionnement d’un compte bancaire sont plafonnées, par mois et par opération, pour les personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels ».

         Les députés ont, à juste titre, étendu cette mesure à tous les clients alors que le projet initial la limitait « aux personnes en situation de fragilité », sans beaucoup de précision sur cette notion subjective.

         Attention, les banquiers sont vent debout contre cette mesure et vont déployer, ils ont déjà commencé, toute leur puissance de lobbying. Les parlementaires doivent tenir bon ! Pour rappel, plusieurs études de l’UFC-Que Choisir ont prouvé que le montant des « commissions d’intervention » n’avait que très peu de justification économique ».

Alinéa 4 –

         Cet alinéa est capital car il renvoie à un décret à prendre. Pour que les mesures de l’article 17 soient réellement opérantes, il convient que les plafonds soient situés à niveau bas !

 Article 17bis A (nouveau)

         Cet article crée une charte d’inclusion bancaire et de prévention du surendettement. Lorsque l’on sait comment les banques et sociétés financières

respectent certaines chartes signées dans le passé, on peut être pour le moins dubitatif !

 

Article 21

         Cet article complète de façon pertinente l’article L.312-1 relatif au droit au compte. Malheureusement, toujours aucune sanction prévue pour le banquier qui ne veut pas délivrer une attestation de refus d’ouverture de compte !

 Article 21bis A (nouveau)

         Serait-ce un miracle ou aurais-je mal lu ?

« IIbis – Le client est informé gratuitement, par le biais de son relevé de compte mensuel, du montant et de la dénomination des frais bancaires que l’établissement entend prélever sur son compte de dépôt au minimum quinze jours avant leur prélèvement ».

        Les banquiers vont-ils, enfin, devoir nous envoyer une facture avant de piocher sur notre compte ? si c’est bien le cas, un grand bravo aux parlementaires. Mesdames et Messieurs les sénateur(e)s, ouvrez l’œil !

Article 22

 Relatif au traitement des situations de surendettement, c’est l’article sur lequel je me suis le plus penché.

   L’article L.331-6 est ainsi modifié :

II – Toutefois, lorsque la situation du débiteur, sans qu’elle ne soit irrémédiablement compromise au sens du troisième alinéa de l’article L.330-1, ne permet pas de prévoir le remboursement de la totalité de ses dettes et que la mission de conciliation de la commission paraît de ce fait manifestement vouée à l’échec, la commission peut imposer directement la mesure prévue au 4° de l’article L.331-7 ou recommander les mesures prévues aux articles L.331-7-1 et L.331-7-2 ».

        Cet article prévoit une 3eorientation, entre la PRP et la négociation amiable : l’ouverture directe de la phrase de mesures imposées ou recommandées.

         On aurait pu aller un peu plus loin et supprimer la phase amiable dans tous les cas, mais c’est un premier pas. Dans mon esprit, cette nouvelle orientation s’imposera lorsqu’il sera impossible de faire un plan d’apurement sur 8 ans maximum ou quand un moratoire sera nécessaire.

        Cette mesure raccourcira le temps de traitement des dossiers et en réduira donc le coût et le stress pour les débiteurs.

        Attention à la rédaction des circulaires d’application !

 Alinéa 8 –

 « Les créances figurant dans l’état d’endettement du débiteur dressé par la commission ne peuvent produire d’intérêts ou générer de pénalités de retard à compter de la date de recevabilité et jusqu’à la mise en œuvre des mesures prévues au 1° et 2° de l’article L.330-1 ou aux articles L.331-6, L.331-7, L.331-7-1 et L.331-7-2 ».

         Très bien, cela incitera les créanciers à être plus rapides dans leurs réponses puisque les intérêts ne courront plus. On aurait pu aller plus loin et fixer la date au moment du dépôt, mais c’est déjà une belle avancée.

Alinéa 10 –

« Si, à l’expiration de la période de suspension, le débiteur saisit de nouveau la commission, celle-ci réexamine sa situation ».

         Cet amendement met fin à une anomalie : jusqu’à présent, dans le cas d’un moratoire amiable, le débiteur devait déposer un nouveau dossier à l’issue du délai et, dans le cas d’un moratoire imposé, son dossier était réexaminé d’office sans son intervention.

         Malheureusement, le législateur a choisi la mauvaise option en subordonnant le réexamen à l’issue de la période de suspension à la demande du débiteur. L’expérience prouve que nombre de débiteurs, surtout parmi les plus fragiles et compte tenu de la complexité de la procédure, omettent de redéposer un dossier à l’issue du délai.

        J’aurais préféré la rédaction suivante : « A l’issue de la période de suspension, la commission réexamine la situation du débiteur ».

 

 Article 22bis (nouveau)

 « 1° A la dernière phrase du premier alinéa de l’article L.330-1, après le mot : « principale », sont insérés les mots : « et que la valeur estimée de celle-ci à la date du dépôt du dossier de surendettement soit égale ou supérieure au montant de l’ensemble des dettes non professionnelles exigibles ou à échoir » ».

         L’article n’est pas très clair. A la place de « et que la valeur estimée… », il vaudrait mieux « même si la valeur estimée… ».

  « 2° L’article L.331-2 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

 « Le montant des remboursements peut, avec l’accord du débiteur et dans des limites raisonnables, excéder la somme calculée par référence à la quotité saisissable du salaire telle qu’elle résulte des articles L.3252-2 et L.3252-3 du code du travail, en vue d’éviter la cession de la résidence principale » ».

         Le principe qui anime cet article est excellent : conserver autant que possible la résidence principale, mais la solution adoptée ne me semble pas être la bonne.

         En effet, en raison du délai maximum de 8 ans pour rembourser les dettes (hors prêts immobiliers), il arrive très fréquemment que la vente de la résidence principale soit inévitable.

        Pour y remédier, il y avait 2 solutions : celle proposée par l’article 22bis, en l’occurrence augmenter la mensualité au-delà des bornes définies par la loi ou alors permettre un allongement du délai au-delà de 8 ans.

         Je crains que la solution retenue ait d’abord pour effet de rendre le plan plus difficile à respecter. Je crains également que certains créanciers ne s’engouffrent dans la brèche pour demander, dans de nombreux cas, des mensualités supérieures à la norme.

       

 C’est tout pour aujourd’hui !

 

 Bernard LEFEBVRE

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Surendettement
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 17:43

Je viens d'enregistrer quesques cartes postales de Venise des années 1950. Ca n'a pas beaucoup changé! Cliquez ici venise-annees-50 venise-annees-50

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de bernardlefebvre.over-blog.com
  • : venise et le reste
  • Contact

Recherche