Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 17:43

Je viens d'enregistrer quesques cartes postales de Venise des années 1950. Ca n'a pas beaucoup changé! Cliquez ici venise-annees-50 venise-annees-50

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 12:29

vous pouvez regarder, en cliquant sur le lien, quelques photos de ma librairie préférée:  Luigi-Frizzo-libraire-a-Venise Luigi-Frizzo-libraire-a-Venise

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 18:14

sans commentaires No grandi navi ou, si vous préférez, ras le bol des bateaux de croisière à Venise !

Imaginez le spectacle : vous flanez sur la Piazetta, vous méditez près de la Dogana ou vous vous promenez tranquillement Riva Degli Schiavoni et, tout à coup, qu'est-ce qui apparaît par le canal de la Giudecca : un mastodonte de 60 mètres de haut qui ressemble moins à un bateau qu'à une barre HLM des années 60 ! 

Marco Polo, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Mais la laideur n'est pas tout, l'invasion de la lagune par ces monstres (650 par an) présente d'autres dangers bien plus graves: 

 - Le risque de pollution. Que deviendrait la lagune à l'écosystème si fragile, si le carburant venait à se jeter à l'eau à la suite d'une avarie ou d'un accident ? Que deviendraient les canaux qui font le charme de Venise ? Et qu'arriverait-il si l'aqua alta entraînait cette marée noire dans les ruelles, sur les campi et sur la place Saint-Marc. Je n'ose l'imaginer.

- Le risque d'accident. Si, si, ça arrive ! et c'est même survenu récemment près des côtes italiennes ; un navire de 60 mètres de haut se couchant contre le Palais des Doges ou percutant le pont de l'Arsenal, ce devrait faire un spectacle extraordinaire.

- Le type de tourisme que ces pratiques induisent. Les escales représentent 1 600 000 personnes par an à Venise. Ces "visiteurs" vont, au mieux, y passer quelques heures et nombre d'entre eux ne descendront même pas de leur immeuble flottant.

Et que vont faire ceux qui descendent : ils vont s'agglutiner aux mêmes endroits, autour de Saint-Marc et risquent fort de repartir déçus car, à part les pigeons et une foule compacte, ils n'auront pas vu grand chose.

Ils repartiront chez eux avec un souvenir made in China et n'imagineront même pas qu'il y a à Venise des artisans remarquables.

Nous allons vers une "Disneylandisation" de la Sérénissime, elle qui a traversé des siècles pas toujours faciles, avec les épidémies, les guerres et même Napoléon et qui, jusque là, n'avait pas perdu son âme.

Pour celles et ceux qui partagent mon indignation, il est encore temps de réagir.

C'est vrai, de loin et sans pouvoir, c'est difficile. On sait que des solutions existent sans mettre au chômage ceux qui vivent de ce tourisme : en particulier, déplacer la gare maritime et dévier les itinéraires des navires (voir Le Monde Magazine du 17/02/2012).

En attendant, informez-vous : il suffit de taper NO GRANDI NAVI sur Google pour avoir accès à la presse écrite italienne et à de nombreux sites.

Surtout, quand vous irez en croisière sur un grand navire, ne partez pas de Venise, n'y arrivez pas et n'y faites pas escale ! choisissez plutôt la Norvège ou les Caraïbes.

Dernière minute : le gouvernement italien vient de signer, le 1er mars 2012, un décret qui interdira l'accès au canal de la Giudecca et au bassin de Saint-Marc,... lorsqu'une voie de navigation alternative aura été mise sur pied !

Connaissant le pays, ce n'est pas demain la veille s'il n'y a pas une forte pression locale et internationale (l'UNESCO se serait saisie de la question).

Le 3 mars 2012

Bernard LEFEBVRE

 


 


Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 14:28

Je ne vais pas vous faire une description de la Ca d'Oro, ni son historique; vous trouverez tout cela dans les bons guides sur Venise et sur le site Venise1.com, mais je souhaite partager quelques photos.

Pour les voir, cliquez sur le lien  Ca d'Oro Ca d'Oro

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:07

Samedi 14 janvier -

Arrivée à Marco Polo à 10 h 30, bateau à 11 h 15. Soleil resplendissant et légère brume sur la lagune. Ouah !!!

Tous comptes faits (bus + ticket de vaporetto à l'unité), le bateau n'est guère plus cher et a un charme plus vénitien. Par contre, le trajet en bateau-taxi est passé de 100 à 110 € depuis juin 2011.

Arrivée à San Marco à 12 h 50. Grand soleil, mais température proche de 0°.

Hôtel Firenze facile à trouver, sympathique, propre, accueil en français.

Promenade Riva degli sciavoni pour aller voir les lions de l'Arsenal. Puis, avenue Garibaldi pour un petit casse-croûte dans un bar bien sympa.

Balade dans le quartier populaire proche. A voir, dont un charmant petit parc. Après direction San Pietro, toujours aussi bien, vu quelques chats bien dodus.

Promenade et détours dans les petites rues, passés au Sotoportego Zurline où il faut mieux se baisser. A noter que vers Garibaldi, on peut voir des vénitiens qui se promènent et se dorent au soleil malgré le froid. On a même vu une jeune maman qui allaitait son bébé en marchant. 

Par contre, sur le bassin de Saint-Marc, le scandale continue et un monstrueux bateau de croisière défigurait le paysage.

Toujours beaucoup de vendeurs à la sauvette.

Pas mal de restaurants et de boutiques fermés pour congés.

A noter que les ponts de Riva degli Schiavoni sont équipés de rampes pour poussettes et fauteuils roulants (et pour mes pauvres genoux !). Bravo.

Le pont des Soupirs est débâché, par contre George Clooney trône sur la façace de la librairie Marciana, montre Omega au poignet (il faut bien que quelqu'un paie les travaux !).

L'eau du bassin de Saint-Marc est très bleue, un peu de brume au loin qui renforce la beauté du site sous le soleil couchant.

 

Dimanche 15 janvier -

Brr, la température extérieure est sous le 0, mais il y a peu de vent.

La journée commence par la traditionnelle visite au palais Contarini del Bovolo dont la restauration est toujours en cours. L'escalier est bien visible de l'extérieur d'autant qu'il n'y a pas beaucoup de touristes pour gêner la vue. On ne se lasse pas d'admirer cet escalier à vis.

Ensuite, par le campo Manin (beurk pour la Caisse d'Epargne !), petite promenade glacée pour revoir la plaque en l'honneur d'Elena Cornaro Piscopia.

Comme le soleil est plus présent de l'autre côté du grand canal, direction le Rialto presque désert, puis la galerie décorée de fresques au plafond dont certaines ont un caractère ésotérique.

Petit tour sur le marché quasi vide de marchands (seuls 2 courageux !), vu la maison du Procureur et son escalier, puis petit café dans un bar tenu par des asiatiques très mercantiles.

Retour sur l'autre rive et visite de l'église San Apostoli, remarquable tableau de Tiepolo, la communion de Ste-Lucie, bien mis en valeur.

Petit casse-croûte correct et bon marché dans le quartier dans un bar où était exposée une belle collection de mignonettes.

A la Ca d'Oro, jardin fermé pour travaux de même que certaines salles, il n'y a plus de librairie. Superbes tableaux du XVIIe siècle, peu de monde.

Visite à la casa de Corto Maltese, pas un chat, mais une réceptionniste-guide fort sympathique qui malheureusement ne parlait qu'italien. On a quand même réussi à se comprendre !

Retour à San Marco pour chercher les 2 lumières rouges allumées en permanence sur la basilique, ainsi que la marque de l'axe de la façade sur la place Saint-Marc.

San Giorgio Majore, la Punta de la Dogana et Santa Maria de la Salute sont illuminées. C'est magique et pas encore dans la brume.

 

Lundi 16 janvier -

Départ vers Dorsoduro et San Polo. Arrêt à San Maurizio pour visiter l'exposition d'instruments de musique anciens sur musique d'ambiance de Vivaldi.

Visite imprévue au palais Franchetti : superbe escalier avec des muses en bas-relief, belles peintures aux plafonds et vue imprenable sur le jardin à la pelouse bien entretenue et le pont de l'Accademia. Le palais abrite une exposition de photos japonaises.

Traversée du pont, quasiment désert pour rejoindre Dorsoduro.

Passés par campo San Barnaba, là où Katharine Hepburn est tombée à l'eau dans le film "Vacances à Venise".

Visite de l'extérieur de l'église des Carmini pour en voir les détails.

Passés ensuite par la Fondamenta Briati où il faut voir, face au palazzo Zanobio (sur lequel figure une inscription en arménien), une statue de lion sur un socle fait d'éléments de colonne grecque. Elle est dans une cour ouverte au public.

Bien entendu, dans ce quartier, il est obligatoire de visiter les Frari, église-musée (très froide aujourd'hui) sans égale où se trouvent, entre autres, les tombeaux du Titien, Canova et Monteverdi. Pour ce dernier, certainement le plus modeste, il s'agit d'une simple dalle. 

Prendre son temps devant l'Assomption et la Vierge de Ca Pesaro du Titien.

On continue vers San Polo où là aussi il y a des détails qui échappent aux touristes pressés.

Petit détour vers le palais Abrizzi, pas pour lui-même, mais pour le ponte delle Tette à proximité (pas évident à trouver).

On continue vers le Rialto par quelques détours, puis retour à San Marco en essayant des itinéraires pas trop encombrés et en saluant Elena Cornaro et le Bovolo.

A noter que le Harry's Bar est fermé pour travaux. 

 

Mardi 17 janvier -

Surprise : il fait - 6° et comme je souhaitais voir de la brume à Venise, il y a un tel brouillard que de la Piazetta on ne voit ni San Giorgio, ni la Dogana, ni la Salute. Qu'à cela ne tienne, banzaï quand même.

On débute la journée par une visite de la basilique Saint-Marc, aucune queue, très peu de monde, tout le temps pour admirer la mosaïque du sol dont 2 magnifiques paons, le dodécaèdre et autres curiosités.

Ensuite, départ pour le casino Venier, siège de l'Alliance Française, pas évident à trouver (San Marco 4939). Accueil très sympathique par une étudiante française (Sciences Po - Toulouse) en stage pour un an à Venise.

Petit bâtiment charmant, mais façade et balcon délabrés (ne pas manquer le judas au sol).

Puis promenade dans Castello (Brunetti n'était pas à la Questure) et visite à la maison des chats de San Lorenzo. Une niche était occupée par un beau chat noir.

Vu quelques détails caractéristiques de ce quartier, repassé devant l'Arsenal et repas au fond de la via Garibaldi à la Trattoria A la Rampa. Pas de touristes, des habitués, cuisine familiale et ambiance chaleureuse (merci à Venise1.com de l'avoir conseillée).

Il fait toujours aussi froid et départ pour San Francesco della Vigna pour voir les deux cloîtres et des oeuvres de Bellini et Véronèse.

Direction Zanipolo et arrêt à la Librairie Française où les clients ne se bousculent malheureusement pas.

Revisite de Zanipolo et arrêt prolongé devant l'Adoration des Bergers (celui du mur, pas du plafond) de Véronèse.

Au retour, arrêt traditionnel à la librairie de la Calle Lunga Santa Maria Formosa où des livres anciens, neufs, des BD, des cartes, etc, sont entassés dans des gondoles. L'issue de secours donne directement sur un canal. Le chat qui gardait les livres est bien dodu.

Sur la place Santa Maria Formosa, vu l'immeuble où a habité Hugo Pratt.

C'est tout pour aujourd'hui et c'est déjà beaucoup avec le temps qu'il fait.

 

Mercredi 18 janvier -

Toujours autant de brouillard et toujours aussi froid.

On commence la journée par le petit tour rituel au bord du Grand Canal près de San Marco. La riva degli Schiavoni dans la brume, c'est superbe !

Traversé la place Saint-Marc, très peu de monde hormis 2 ou 3 groupes de touristes asiatiques.

En route pour Dorsoduro. Sur le pont San Maurizio, ne pas oublier de jeter un oeil à droite pour voir le canal passer sous l'église San Stephano.

Nouveau petit tour dans le palais Franchetti avant de passer le pont de l'Accademia. Brume sur le Grand Canal à droite comme à gauche, je vous laisse imaginer.

Traversé la cour de Peggy Guggenheim. Petit salut à la ca Dario (palais maudit), toujours en travaux.

Visite à l'atelier de fabrication de rames et forcole de Severio Pastor, toujours accueillant et qui a donné des conseils pour entretenir la mini- forcole qui trône dans mon salon à Clermont.

Passé par la fin des Zattere pour arriver à la Punta della Dogana.

Ayons une pensée pour le vigile qui garde la statue par un temps pareil.

Très choqués par le fait que les indications pour entrer au musée Pinault ne soient écrites qu'en italien et en anglais. Notre mécène national aurait-il oublié sa langue maternelle ?

Visite habituelle de Santa Maria de la Salute à l'architecture si particulière, quelques tableaux à voir (Giordano et Le Titien) et des mosaïques.

Petit repas dans un sympathique bar local qui semble surtout fréquenté par des habitués.

Retour par le pont de l'Accademia vers San Marco pour chercher quelques détails dont le haut-relief de la "vieille au mortier" et la fresque du jeu de dés.

Retour vers le quartier du Rialto pour trouver, après le palais Widman, la rue la plus étroite de venise (calle Varisco), 50 cm de large : on ne passe pas avec un sac. Déconseillée aux piliers de l'ASM.

Repassé devant la casa di Corto Maltese (fermée), puis un tour vers Zani Polo pour chercher la corte Botera, difficile à trouver, il faut passer une grille et descendre un escalier pour la trouver. Vaut vraiment le détour !

Pour y arriver à partir du campo Zani Polo, prendre la corte Veniera et au bout tourner à gauche, au fond prendre l'escalier et pousser la grille.

Passé, bien sûr, par la librairie de la calle Lunga Santa Maria Formosa et retour vers San Marco.

Le temps est froid, mais les pieds commencent à chauffer. 

A noter : je suis très déçu par la carte IGN de Venise. Certes, pratiquement toutes les rues y sont, mais il manque beaucoup de noms.

La librairie citée plus haut en affiche une dans sa cour qui semble exhaustive, ce qui a permis de trouver la corte Botera. C'est bien beau d'avoir le tracé des rues, mais à quoi cela sert-il si leur nom n'y figure pas.

Par contre, sont très utiles : 

- Venise insolite et secrète (éditions Jonglez)

- Cartoville Venise (Gallimard)

- Circuits insolites dans les quartiers de Venise (venise1.com)

- les conseils et forums de venise1.com.

 

Jeudi 19 janvier -

Retour, no comment...

_________________________________________________________________________________________________________


Pour suivre l'actualité de ce blog, mettez votre adresse-mail à l'endroit prévu.

Pour accéder à l'album photo, cliquez sur le lien  venise-janvier-2012 venise-janvier-2012

 


 

 



Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 13:29

Série de cartes postales anciennes de Venise (début XXe siècle) - charmantes aquarelles à voir en cliquant sur le lien cartes-postales-venise cartes-postales-venise

 

Ces cartes ont été écrites par (Mme ou Mlle)  M. de Montbrial à Pierre de Saint-Albin. Comme l'écriture n'est pas toujours très lisible, vous trouverez le texte ci-dessous.

 

3 novembre 1901 : "Toujours le même silence faites-moi savoir si moi aussi je dois m'abstenir car je ne comprends rien à votre mutisme persistant".

 

10 novembre 1901 : "Votre dernière carte m'a bien amusée. Jj'aurais voulu être à cette messe. J'espère vous entendre aux vacances du Jour de l'An. Tachez d'avoir plus d'assurance. Tout le monde travaille chez vous à vous faire de jolies cartes. Les miennes n'auront plus aucune valeur. Aimez-vous ce genre-ci ? On en fait de toute espèce, mais ce n'est pas toujours ce qu'il vous faudrait".

 

13 novembre 1901 : "Très bien tournée et tout à fait charmante votre carte d'aujourd'hui. Personne ne nous empêchera de continuer notre correspondance à laquelle je tiens autant que vous. Il me manque quelque chose lorsque je ne reçois pas votre carte le matin. Bons souvenirs".

 

14 novembre 1901 : "Reçu ce matin vos deux cartes. Il fait ici aussi un temps atroce. Avez-vous reçu hier deux cartes de moi ? Je suis surprise que vous soyez resté un jour sans rien recevoir. Ecrivez toujours".

 

21 novembre 1901 : "Très gentille votre carte du 20 reçue ce matin. Je n'osais me risquer craignant vous faire des ennuis. J'attends tous les matins de vos nouvelles";

 

6 décembre 1901 : "C'est un plaisir pour moi de vous écrire. Qu'avez-vous donc ? Vous avez l'air triste dans cette dernière carte du 5 et ennuyé que je vous écrive. Ne croyez pas que cela m'ennuie. Vous vous trompez je vous assure. Ce que je voudrais savoir c'est si vous recevez régulièrement mes cartes, deux fois je ne vous en ai pas envoyé à part cela tous les jours comme d'habitude".

 

17 janvier 1902 : "J'espère qu'ici vous allez pouvoir me répondre et remplacer ainsi celles que j'ai attendues en vain".

 

3 octobre 1902 : "J'apprends votre retour et j'espère que je vais enfin apprendre l'événement mystérieux. Votre cousine".

 

P.S. - Si quelqu'un connaît la suite de l'histoire, merci de la raconter.

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 15:32

DSCF0312

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 11:44

DSCF0294
DSCF0294
par bernardlefebvre.over-blog.com

Mardi 14 juin :

En avance à Saint-Exupéry. Départ de l'avion à 15 h 40 -  Arrivée une heure plus tard après survol de la lagune. 15 minutes de l'Aéroport à l'embarcadère (Compagnie ALILAGUNA, linea blu). Départ du bateau à 17 h 15 (25 € aller-retour).

Arrivée à Fondamenta Nuove à 18 heures.

A 18 h 15, Hôtel Bartolomeo au fond d'une impasse, hyper calme ! propre et très sympathique.

Allé à l'Arsenal par San Marco (sale du fait de touristes désinvoltes) et la Riva Degli Schiavoni, envahie par des vendeurs de maroquinerie de "marque". 

Pris un spritz (3,50 €) à Arsenal Bar après avoir salué les lions. Tour dans le quartier, découverte de ruelles inconnues et retour Campo de l'Arsenal pur manger chez "Da Paulo" en terrasse. Rapport qualité-prix vénitien !

Mercredi matin : Cannaregio à partir des itinéraires de Corto Maltese et des Itinéraires insolites du site Venise1.com, mais avec des détours. Pause dans les jardins de St-Alvize à l'ombre sur un banc. Calme hyper cool.

Et on continue dans le quartier par un café au comptoir Rio de la Misericordia (0,90 €).

Le papillon de Corto n'est plus visible, recouvert par des tags effacés depuis. Sic transit...

Visite extraordinaire de l'atelier de Roberto COMMIN, fabricant de marionnettes artisanales. Certes, il faut le trouver, mais en demandant aux voisins, on y arrive. Conversation chaleureuse en franco-angol-italo-vénitien. Je reviendrai... Passé par la Ca Loredan pour photographier la plaque d'Elena Cordaro Piscopia, première femme au monde à avoir obtenu un doctorat de philosophie.

Ensuite, les pieds en compote et l'heure avançant, allons-y. Eviter San Marco à ctte heure. Passé par Santa Maria Formosa et visite obligatoire à la librairie des Chats (voir photo) - Campiello Del Tintor sur la Calle Longa Santa Maria Formosa. Acheté Favola de Venezia (le chef d'oeuvre d'Hugo Pratt).

Direction Arsenal en passant par San Francesco de la Vigna pour voir le cloître et la Vierge de Bellini (20 centimes suffisent pour l'illuminer).

Salut aux lions, puis se poser (enfin !) via Garibaldi pour se restaurer.

Seiches à la vénitienne et polenta. Super.

Je vais avoir besoin d'une petite sieste : j'espère qu'un banc sera libre à San Pietro ! Bien sûr, 6 bancs sur 7 sont libres. Sur le campo San Pietro, 2 touristes silencieux et moi. La zénitude absolue ! On entend quand même le chant des oiseaux, quelques clapotis et parfois le moteur d'un bateau. Le palais qui était en ruine au pied du pont est en cours de rénovation. Bienheureux propriétaires !

Après le repos, je reprends la route direction Zanipolo, en passant encore par l'Arsenal et San Francesco. En cet après-midi, mieux vaut éviter la Riva Degli Sciavoni et les alentours de San Marco. Rafraîchissement sur le campo Zanipolo (la bière est bien chère). Colleoni paraît toujours aussi fier. Bien sûr, énième visite de l'église (l'Adoration des bergers de Véronèse à voir absolument ne serait-ce que pour le boeuf et l'âne).

Le graffiti au pied de la porte de l'Hôpital est toujours là, malgré une totale absence de protection.

Maintenant, promenade en zig-zag pour aller visiter le Musée Corto Maltese. Que les fanatiques s'y précipitent. J'avais un guide parlant anglo-italien pour moi tout seul. 

Passé le Rialto, puis par des chemins détournés, puis vu la façade des Frari à 17 h 45 (dernière visite à 17 h 30). Le café des Frari était fermé, j'espère que ce n'était pas définitif.

Rafraîchissement sur le campo San Margarita très animé surtout par les étudiants. Un moineau est venu me voler une chips sur la table, vraiment pas sauvages les oiseaux autochtones. N.B. : le demi de bière est moins cher qu'à Zanipolo.

Sur le trajet, j'ai rencontré 2 touristes français qui cherchaient leur chemin. Je leur ai indiqué, mais quand je leur ai dit qu'ici tous les chemins mènent partout, ils ne semblaient pas avoir bien compris.

Un conseil : ici, la bière et l'apéro sont toujours servis avec des chips, n'abusez pas de ces derniers car vous aurez encore plus soif.

Petite remarque en passant : la première fois que je suis venu à Venise, c'était il y a environ 20 ans. Depuis, il y a des changements dans le fonctionnement touristique. Certes, les hordes sont toujours à touche-touche sur l'autoroute Piazzale Roma, Santa Lucia, Rialto, San Marco. De même, la Riva Degli Sciavoni est incirculable, mais maintenant il y a aussi des touristes (moins voyants, moins bruyants, moins pressés) dans les quartiers périphériques. Soyons égoïstes, gardons nos petits coins sympas, sinon pour nous, au moins pour ceux qui le méritent.

C'est en ce moment la Biennale de l'Art Contemporain. Entre l'Arsenal et les giardini, on ne sait plus si le linge qui pend sont des vêtements qui sèchent ou une oeuvre d'art !

Après mûre réflexion, j'abandonne le programme prévu : je ne ferai pas les photos des chapiteaux de la Piazetta, ce sera pour octobre.

Je ne m'étais pas rendu compte, mais 2 jours c'est court et Venise fatigue vite les vieux...

Après une bonne marche, visite traditionnelle au Bovolo en ayant soin de fermer les yeux pour traverser le campo Manin (quand je pense qu'en France je passe mon temps à m'emporter après la Caisse d'Epargne !).

Il est 19 h 30, j'ai faim et je vais jusqu'au Olandese Volante, pas pour la qualité du repas (correct, sans plus), ni pour le prix (correct, sans plus), mais pour le nom. Comme je ne suis pas Corto Maltese, je me rattrape comme je peux. Ce restaurant est maintenant tenu par des asiatiques.

On ne mange pas pour plus cher à Venise qu'à Clermont en cherchant un peu.

En dînant, je feuillette un journal d'annonces immobilières. Question : qui veut bien me sponsoriser ?

Jeudi :

Tour du marché dans le quartier du Rialto. Comme quoi, il faut toujours lever les yeux à Venise : parmi les fresques anciennes du plafond de la colonnade après le pont à gauche, 2 sont fort symboliques : une main tenant une équerre, une autre un compas.

Direction les Frari pour y être à l'ouverture de l'église à 9 heures. La Madone de Ca Pesaro et son personnage qui vous suit du regard sont toujours là, comme l'Assomption, comme le tombeau de Canova, etc.

Exposition d'art moderne dans le cloître, je n'irai pas.

Surprise en sortant : le coin qui était si calme à mon arrivée s'est bien rempli. Je vais me poser sur les marches de San Rocco sous la surveillance du Petit Eléphant.

Direction La Salute et La Punta Della Dogana en passant par San Trovaso, puis le campo San Vio face au Grand Canal pour une petite pause. Le banc face au Canal est occupé par des aquarellistes, mais je trouve quand même une place sur le campo. Lieu de pause à vivement recommander si on supporte le bruit vénitien des bateaux sur le Grand Canal.

Passé devant l'atelier de Saverio PASTOR, le fabricant de forcole, fondamenta Della Fornace, malheureusement fermé pour congés.

Je marche lentement jusqu'à La Salute et la Punta Della Dogana. Méditation et émotion.

Retour côté Grand Canal  car il y a trop de soleil sur les Zattere. Pause assis sur les marches de Santa Maria della Salute où j'ai fait une grille de mots croisés à garder en souvenir.

Un petit tour sur les Zattere quand même, mais il fait trop chaud. Je prends à droite au hasard et je me perds (je l'ai à peine fait exprès). 

Zone peu touristique, j'ai faim et les pieds en marmelade et je rentre dans un restaurant. Menu uniquement en italien et je commande un plat au nom inconnu, on verra bien. Il faudra quand même que je me décide à apprendre l'italien.

En sortant, je m'aperçois que j'étais tout simplement calle Lunga de San Barnaba. J'ai bien mangé. J'ai parlé avec des Français qui arrivaient en voilier depuis la Corse. Mes pieds sont toujours dans le même état et je décide d'aller faire une petite sieste dans les Giardini Papadopoli.

Les nombreux tours et détours pour y arriver ont aggravé mon état. Petite pause quand même, puis retour à l'hôtel par le chemin le plus court. Après un petit repos, long périple Santa Maria Formosa, Zanipolo, etc, jusqu'aux Fondamente Nuove pour adminer la lagune. Superbe !

Pris un pot face à la Chiesa del Gesuiti. Promenade dans le quartier où a vécu Le Titien et retour vers le Rialto. Trop de monde, comme d'habitude.

Repas sur le pouce et préparation du retour.

Vendredi :

Arrêt dans les Giardini Reali avant de prendre le bateau pour l'aéroport Marco Polo. 

Fin de l'épisode estival...

 


 


 

 

 


 

 

 

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 20:56

Ou a été prise cette photo? Nom de la ville, du quartier et, si possible, de la rue.

 

DSCF0131

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 17:46

Lundi 26 juillet :

 

Pour commencer un petit conseil : le ticket Vaporetto 7 jours vaut 50 €, c'est mieux pour 5 jours que de prendre 3 + 2 (33 € + 26 €).

Pris le bateau à Punta Sabbioni à 9 heures. Avons longé les travaux de Moïse. Assis dehors à l'avant !

Direction San  Marco face à  Venise, sono Marco Polo ! Arrivée à 9 h 35.

Tout droit en face et allez !

Bu un café à un comptoir et rencontré un vieux Vénitien qui nous a parlé de ses ancêtres vénitiens depuis 7 siècles. Promenade dans le quartier de l'Arsenal, discuté avec locaux. Pause sur un banc face à l'entrée de l'Arsenal. Promenade via Garibaldi.  Déjeuner au bar de l'Arsenal face aux Lions. Les WC Femmes sont indiqués par une chaussure à talon et les WC Hommes par une pipe.

Promenade dans le quartier pour rejoindre une station de vaporetto qui nous a menés au Cimetière San Michele. Vu tombes de Diaghilev et Stravinsky.

Au retour, en bateau, grand tour par le canal de la Guidecca jusqu'à la Gare, puis ligne 2 pour Academia. Allés par les zattere pour vérifier l'accessibilité de la Punta della Dogana, tout est OK.

Retour au Miramare à 20 heures.

 

Mardi 27 juillet :

 

Départ du bateau à 8 heures, temps gris, un peu de vent. Vue sur la Punta della Dogana et le Palais des Doges depuis le parvis de San Giorgi Maggiore.

Montée au Campanie de San Giorgio : la vue : Pointe de la Douane, Palais, Lagune, Palais des Doges et surtout les iles de la lagune.

Ligne 1 pour Ca d'Oro, parlé sur le vaporetto avec un habitant du Michigan qui a hébergé un étudiant français. Promenade dans Cannaregio pour constater que le Paradiso Perduto est fermé pour congés annuels. C'est ballot !

Déjeuner sur Strada Nuova, puis visite complète de la Ca d'Oro. Collections exceptionnelles, vue extra sur le Grand Canal. Architecture absolument remarquable, ne pas manquer le rez-de-chaussée, son sol en mosaïque, le puits et les escaliers.

Retour à pied, passés par le Palais Contarini del Bovolo près de l'horrible Caisse d'Epargne. Escalier en colimaçon extérieur qui était à l'origine l'escalier de service (colimaçon se dit bovolo en vénitien, mais pas en italien). Palais toujours en travaux pour un certain temps... Ne pas rater le chat qui garde le palais !

Continué par le pont de l'Académie, passé chez le fabricant de forcole, vu l'ouvrier blond toujours aussi sympa (pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une forcole, il y en a une sur le buffet de ma salle à manger !).

Recherche du palais maudit qui s'appelle Ca Dario, en travaux également.

Vaporetto de la Salute à San Marco, petit passage sur la Piazetta en évitant ,bien entendu, de passer entre les  deux colonnes.

Salutations habituelles aux 4 chevaliers ou maures. Choqués par les détritus qui jonchent le sol. Retour au camping vers 19 heures.

 

Mercredi 28 juillet :

 

Départ à 10 heures. Sur la lagune, vu 2 Zodiacs de Green Peace surveillés de près par un hélicoptère.

A pied, en traversant Saint-Marc, scandalisés par un immense podium trônant sur la place. Je comprends que l'on aime Charles Aznavour ou Pattie Smith, mais ailleurs S.V.P. En se promenant, vu intéressante exposition d'instruments de musique anciens.

Retour au Bovolo et promenade jusqu'au Campo San Margharita où nous avons déjeuné en terrasse et constaté que l'inflation avait fait son oeuvre.

Promenade dans le quartier, passage à San Pantalon et arrivée aux Frari.

Visite habituelle pour voir, une fois de plus, un nombre inégalé de chefs d'oeuvre dans une église. Rappel : les mausolées du Titien et de Canova, entre autres, sont en ce lieu, ainsi que l'Assomption et surtout "l'enfant qui vous suit des yeux" !

Promenade à pied pour aller manger une glace au gingembre chez Alaska dans Santa Croce, puis direction le Ghetto. Trouvé par hasard, après Zanipolo, la plus fantastique librairie avec chats couchés sur les livres et sur la caisse ! Elle se situe Campellio del Tintor. 

Retour à San Marco, arrivée au camping à 19 h 15.

 

Jeudi 29 juillet :

 

Départ du bateau à  9 h 35, il pleut, ballade à pied, acheté un imperméable local à 2 € sur la Riva Dei Schiavoni. Ballade à pied, vu église au campagnile penché près du Musée des Icônes. Il pleut toujours. Promenade vers l'Arsenal avec maints détours.

Puis, cloître de San Francesco della Vigna et Campo Zanipolo où est le graffiti de Venise le plus difficile à trouver, bien que sur un passage très fréquenté.

Déjeuner sur le Campo. Balade vers San  Marco, passage au Florian sans consommer, sauf les toilettes !

Retour et visite approfondie de l'Eglise Zanipolo et à la sortie, le déluge !!!

Retour au camping, tout dégoulinants.

 

Vendredi 30 juillet :

 

Le temps s'améliore, pris le bateau archibondé à 10 heures.

Promenade dans la Guidecca très agréable. Vu ateliers de réparation de bateaux et superbles cloîtres avec chats ! Déjeuner sur le quai face à Venise, quelle vue et quel calme. Excellente cuisine.

Retour à l'Académie : pour l'une, visite approfondie des collections du Musée et pour d'autres, promenade à pied au hasard dans Dorsoduro et San Polo.

Mes pieds étant en compote, je suis retourné les reposer à Miramare pour 17 heures.

 

 

Conclusion provisoire :

 

  • N'hésitez pas à demander des commentaires supplémentaires.
  • Si vous allez à Venise, n'oubliez pas de vous munir d'un guide.
  • Pour le B.A.BA, le guide Michelin et/ou le Routard.
  • Pour mieux connaître : les balades de Corto Maltese ou Venise insolite et secrète.
  • L'idéal est toutefois d'emmener un guide sur pattes, si possible, petit, chauve et avec des lunettes...

 

 

 

Repost 0
bernardlefebvre.over-blog.com - dans Venise
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de bernardlefebvre.over-blog.com
  • : venise et le reste
  • Contact

Recherche